Séjourner pendant l’été – Entre 1950 et 2009

titre

Séjourner pendant l’été

Entre 1950 et 2009

Le site, l’été, est toujours aussi prometteur. Certains visiteurs y recherchent la tranquillité, d’autres veulent bouger… mais tous s’entendent sur l’amabilité des propriétaires, sur le service hors pair, sur la beauté des jardins fleuris et des paysages environnants. Quelles que soient leurs occupations, la table est excellente, les divertissements créatifs et intéressants et tous profitent du grand air.

La marina et l’équitation

Le concept de marina se développe à mesure que la plage devient le centre des plaisirs d’été. Les visiteurs y passent une grande partie de la journée. La baignade et la natation sont maintenant entrées dans les mœurs de même que le bronzage. Les chaises longues remplacent les chaises Adirondacks et les plongeoirs font leur apparition. Les embarcations se multiplient et se diversifient au cours de ce demi-siècle : canots, kayaks, pédalos, planches à voile… La gestion de tout ce matériel et l’établissement de réservation et d’horaire demandent du personnel. Les responsables ont aussi à gérer les tours de ski nautique et le tour de lac en ponton offert la plupart des après-midi.
Pour compléter ces flâneries de plein air, le lunch est offert en terrasse pour ceux qui le désirent, buffet et BBQ sont donc au rendez-vous.
Mais certaines personnes veulent faire autre chose que des activités nautiques. Une des plus populaires, surtout depuis l’avènement de l’automobile, semble-t-il, est l’équitation. L’hôtel dispose de belles écuries et de chevaux de qualité, elle offre des cours d’équitation adaptés pour ceux qui désirent apprendre ou améliorer leurs techniques. Pour les plus aguerris comme pour les débutants, des randonnées sont organisées dans les sentiers du domaine autant en terrain montagneux qu’en terrain plus facile.

Le golf

Le Gray Rocks possède un golf depuis les années 1920. Au milieu du siècle et jusqu’en 1995, il est le seul golf à offrir un parcours de 18 trous à Saint-Jovite et dans les environs. Comme toujours, dans les activités organisées par l’hôtel, l’apprentissage et l’amélioration des techniques d’un sport sont priorisés et l’excellence visée. Des pros compétents et capables de transmettre leur savoir-faire et leur passion sont engagés. Eddy Eustace, entre autres, assume ces valeurs comme pro en titre pendant trente ans.

Le terrain est superbement entretenu et constamment assujetti aux nouvelles normes en vigueur. Comme pour le ski, le golf se démocratise à partir des années 1970… Le membership qui a presque toujours existé, prend de l’ampleur… À la fin des années 1970 et début des années 1980, Gray Rocks procède à une grande modernisation de son terrain de golf, le parcours est allongé de plusieurs verges, des trous sont modifiés et réaménagés, les sentiers pour les carts, nouvellement acquis, sont dessinés.   À cette même occasion, le champ de pratique est déplacé et subit une cure de rajeunissement et douze terrains de tennis sont ajoutés sur le site. Dès lors, difficile de jouer le parcours du Gray Rocks sans être membre sinon dans le cadre d’un tournoi organisé par un organisme ou une entreprise!

Naturellement, qui dit terrain de golf dit « club house »! Le chalet très rustique des débuts a disparu depuis longtemps. Dans la foulée des agrandissements des débuts des années 1980, des terrains ont été achetés dont l’un possédait une maison de ferme et une écurie. Une intégration réussie de ces deux bâtiments forme l’actuel « club house ».

À partir de 1995, les parcours de golf explosent sur les territoires de Saint-Jovite et de Mont-Tremblant. La station Tremblant inaugure Le Géant en 1995 et Le Diable en 1997, l’année suivante le Gray Rocks ajoute un deuxième golf lui aussi. L’appellation La Belle et La Bête caractérise désormais leurs terrains. La Belle est assignée au golf d’origine et La Bête au parcours le plus récent.

Ils sont les seuls survivants du complexe hôtelier Gray Rocks depuis la fermeture de celui-ci en 2009. On leur souhaite de fêter leur siècle d’existence dans quelques années!

Le tennis

Bien sûr avant les années 1950, la pratique du tennis est déjà commencée… il s’agit d’une activité parmi d’autres. À partir du milieu du siècle jusqu’aux années 1970, elle devient plus en plus populaire et mérite d’être « organisée » au même titre que le golf ou le ski. Le Gray Rocks améliore les terrains déjà existants et en ajoute quelques-uns. Comme pour les autres sports, l’hôtel engage des moniteurs qualifiés qui articulent des sessions de cours de base et aussi des leçons privées pour ceux qui veulent parfaire leur jeu.

La vraie révolution dans le domaine du tennis commence en 1972 quand l’hôtel transpose le concept des « semaines de ski » au tennis. Il s’agit d’un séjour d’une semaine consacré au tennis incluant l’hébergement, cinq jours de leçons avec le même moniteur, des tournois amicaux en fin de séjour et des soirées thématiques pour compléter la partie sociale. La formule remporte un franc succès. Elle est appliquée pendant au moins vingt ans.

Pour répondre à cette nouvelle affluence, le nombre de courts est augmenté d’abord près de l’hôtel, puis fin des années 1970, début des années 1980, douze nouveaux courts sont aménagés sur le site du golf de Gray Rocks. Ce système assure une partie de la clientèle d’été car certaines personnes choisissent maintenant spécifiquement cet hôtel pour bénéficier de cet avantage. Même quand ces semaines ne sont plus organisées, le tennis de Gray Rocks au même titre que le golf ou le ski, garde une très haute réputation. L’éventail des cours s’élargit pour être accessible aux gens de la place et aux vacanciers logés ailleurs qu’à l’hôtel. Une attention particulière est aussi portée sur la jeune clientèle.

Séjourner au Gray Rocks entre 1950 et 2009

titre

SÉJOURNER AU
GRAY ROCKS entre 1950 et 2009

En ce milieu de vingtième siècle, la société vit en effervescence après les sombres années de la Seconde Guerre mondiale. Le mouvement d’urbanisation s’accentue, le travail dans les usines et les manufactures est recherché. Dans ce contexte le concept de vacances prend forme. Et quand les gens partent en vacances, ils veulent soit visiter de grandes villes ou au contraire, retrouver la campagne, mais avec une vie de facilité.

Pour répondre à cette dernière demande, l’hôtel effectue dès 1955-1956 une modernisation importante de ses installations en plus d’un agrandissement majeur. Tout en gardant le cachet campagnard et l’accueil des clients, chaleureux et personnalisé, le confort devient une priorité.

Les activités, elles, été comme hiver, s’ajusteront au fur et à mesure de l’avancement du siècle surtout avec la mise en place, dès 1951, des fameuses « semaines de ski ». En 1972, l’hôtel transposera le concept l’été avec les « semaines de tennis », ajoutant ce principe d’apprentissage ou d’entraînement aux séjours de plaisance.

Un autre aspect change la donne à partir des années 1950, les villégiateurs se rendent par leur propre moyen, ils disposent maintenant d’une automobile… de moins en moins de personnes arrivent par le train. En plus de l’aménagement de stationnements, l’hôtellerie se voit confrontée à une fluctuation plus grande, en termes d’arrivées et de départs et à des séjours de longueurs plus variées.

Malgré ces modifications, avec son accueil toujours aussi convivial, son tout inclus déjà dans son éventail de séjours, ses innovations et son site enchanteur, le Gray Rocks sera au sommet de sa réussite dans la seconde moitié du vingtième siècle.

Les événements ponctuels

Les événements ponctuels

Les événements ponctuels

L’histoire d’une région ou d’un village s’écrit au prix des efforts quotidiens mais aussi au fil des événements qui en jalonnent le parcours. La population retient certains faits parce qu’ils marquent le progrès, impliquent des gens de chez eux, sont originaux, dramatiques ou frappent leur imaginaire.
No post was found with your current grid settings. You should verify if you have posts inside the current selected post type(s) and if the meta key filter is not too much restrictive.
<div id="expo-nav"> </div>