Le carnaval

En début des années 1950, des organisateurs enthousiastes, un vrai palais de glace, une reine, des duchesses et un bonhomme carnaval, des activités sportives et sociales, voilà tous les ingrédients des premières éditions du Carnaval d’hiver de Saint-Jovite! Mieux « meubler » ce temps creux de saison, favoriser l’économie touristique hivernale et permettre à ses concitoyens de vivre du bon temps, rien de mieux pour le moral. Alors de la fin janvier jusqu’à la mi-février, avant le carême cela va de soi, des programmes sportifs, des soirées dansantes et folkloriques de même que plusieurs autres activités sont à l’honneur.

Qui dit carnaval, dit reine! Ici, elle est choisie à l’issue d’un concours d’art oratoire jugé par des enseignants et l’inspecteur d’école. Après tout Sa Majesté doit être capable de s’adresser à ses sujets et être une bonne ambassadrice car elle assiste à toutes les activités. Bien sûr, elle est accompagnée de ses duchesses, au nombre de cinq à sept, sélectionnées parmi les autres lauréates du concours. La soirée du couronnement et la traditionnelle parade où elles sont les vedettes du dernier char allégorique sont leurs moments de gloire.

Pour bien être dans la note des festivités, les hommes arborent la ceinture fléchée, symbole de tradition transmise par les autochtones mais maintenant réalisée par les doigts agiles des épouses. Si les ceinturons gardent les manteaux bien fermés afin de contrer le froid, certains usent d’une autre astuce et ne jurent que par le « p’tit caribou »! Fabriqué soi-même ou acheté, un petit flacon est toujours bienvenu pour se réchauffer les sangs, parfois de façon inusité car le précieux liquide est dissimulé dans une canne!

Sopabic Patrimoine