Les associations jeunesse

Des associations pour les jeunes n’ayant pas pour but la promotion de la foi religieuse naissent en ce jeune vingtième siècle.  Elles visent plutôt des apprentissages de vie de groupe, de débrouillardise et de connaissance de la nature.  Cependant, les valeurs religieuses ne sont jamais bien loin puisque ces organisations sont généralement initiées ou chapeautées par des religieuses et des religieux.

Toute la famille du scoutisme, louveteaux, jeannettes, scouts et guides, alimente plusieurs générations de jeunes en activités de plein air, de survie et d’entraide.  Un peu plus tard, dans les années 1940, le club 4-H implante ses prémisses à St-Jovite.  Il privilégie l’étude de la flore des forêts au sein de son organisme.

Le scoutisme : une idée originale de Robert Baden-Powell

La branche féminine est lancée en 1909 à Londres.

Les fillettes de 6 à 10 ans initiées au scoutisme sont nommées « Jeannettes ».   En participant à diverses activités, elles apprennent à développer leurs qualités et leurs aptitudes à vivre en groupe. Toute l’année, elles anticipent ou rêvent au fameux camp d’été près d’un lac, à leur expérimentation concrète de la vie près de la nature et au plaisir de se retrouver avec leurs amies! Ce séjour est l’aboutissement et la mise en application des différents exercices explorés lors des rencontres régulières.

À l’âge de 10 ans, les filles passent à l’étape de « guides » et le défi à relever est de pouvoir se débrouiller en toutes occasions et d’appliquer ainsi leur devise « Sois prête ». Pour y arriver, elles pratiquent des façons de cuisiner en plein air, des activités d’artisanat, des nœuds de plus en plus compliqués et l’entraide en groupe. L’occasion de démontrer leur habileté leur est fournie lors des camps et à la passation des niveaux. Les principaux badges acquis, elles deviennent guides de première classe et leur responsabilité s’élargit.

« Les éclaireuses » regroupent les adolescentes de 15 ans et plus. Leur débrouillardise doit couvrir la majorité des occasions de la vie quotidienne. Elles continuent la pratique des nœuds, assurent le montage des tentes et la cuisine sur feu de bois même dans la neige! La nature, la flore et la faune leur sont enseignées et des badges de compétence couronnent leur efficience dans des techniques ciblées. Avec le temps, certaines deviennent assistantes chez les Jeannettes.

La branche masculine a été fondée en 1908 par Robert Baden-Powell.

Les jeunes garçons commencent leur vie scoute chez « les Louveteaux ».   Les défis sont adaptés à leur âge : travailler en équipe, réussir quelques nœuds et fabriquer des articles avec des éléments de la nature.  Ils se préparent pour leur promesse tout comme les Jeannettes.  Leur signe de ralliement est le même : l’index et le majeur levés et les autres doigts retenus par le pouce.

L’appellation « Scout » désigne les garçons de 10 à 15 ans.  Pendant toute cette étape, Ils continuent à former leur caractère selon la loi de Baden-Powell au niveau de la santé, du savoir-faire et du service au prochain.  Leur apprentissage se fait par des jeux d’exploration et de bricolage.  Le salut de ralliement change, ajoutant l’annuaire à l’index et au majeur levés, l’auriculaire retenu baissé par le pouce  signifie que le fort protège le faible.

À 15 ans et plus, les garçons s’affichent comme « éclaireurs ».  La devise: « Sois prêt » est vécu concrètement par des excursions en forêt et la survie dans des situations d’urgence.  La vie de camp est très appréciée.  L’éclaireur organise son terrain de camping sauvage, il met en pratique le montage de la tente pour 8 personnes.  Les différents nœuds lui servent pour bâtir les tables pour les repas et le bricolage et même pour dresser les toilettes!  Comme chez les filles, les éclaireurs peuvent devenir assistants pour les plus jeunes.

Le club 4-H

Les jeunes de dix à vingt ans, les garçons d’abord puis les filles un peu plus tard, qui veulent travailler à la conservation des ressources naturelles du Québec et plus spécifiquement à ses ressources forestières, sont invités à se joindre à cette nouvelle association qui voit le jour à St-Jovite en 1942. Le club vise aussi à former de véritables citoyens chrétiens. Il leur propose un idéal de formation avec ses quatre H :

Honneur dans les actes
Honnêteté dans les moyens
Habileté dans le travail
Humanité dans la conduite.

Les jeunes garçons actifs pour qui le plaisir d’apprendre s’associe bien à des activités plus physiques, se sentent à l’aise dans ce type d’organisation. Ils adorent les excursions d’exploration en forêt incluant la cueillette de spécimens, feuilles, écorces et fleurs. Ils se sentent stimuler par le montage d’herbier et les travaux d’artisanat à partir d’éléments de la nature. Cependant, quand des réalisations particulières comme la visite de coupes de bois et de chantiers, la participation à une fête de l’arbre et à des plantations, l’aménagement de boisé ou d’une piste de ski comme la « Trail des Pins », s’ajoutent, leur sentiment de fierté et d’appartenance au milieu est décuplé. C’est aussi l’amour de la nature qui incite les filles à fonder une section féminine du club. Tous ensembles ils développent des connaissances et un respect de la nature qu’ils transmettront aux générations futures.

Sopabic Patrimoine